La Vénitienne et autres nouvelles


Livres Couvertures de La Vénitienne et autres nouvelles
3.59 étoiles sur 5 de 29 Commentaires client

La Vénitienne et autres nouvelles - Ce recueil réunit les premiers textes de prose écrits en anglais par l'auteur de Lolita mais également des nouvelles russes restées inédites, ou bien n'ayant pas refait surface depuis leur publication au début des années vingt, dans différents journaux émigrés de Berlin. Dans ces nouvelles, il flotte un air de nostalgie et haute poésie, et comme la prémonition que le rire et le lyrisme désenchanté sont les grandes figures de style d'une littérature de l'exil. ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails La Vénitienne et autres nouvelles

Le Titre Du LivreLa Vénitienne et autres nouvelles
AuteurVladimir Nabokov
ISBN-102070386244
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.59 étoiles sur 5 de 29 Commentaires client
Nom de fichierla-vénitienne-et-autres-nouvelles.pdf
La taille du fichier26.94 MB


14 avril 2012
Il éprouva un accès d'hallucination auditive particulière dont il était affecté depuis l'enfance. Se trouvant dans un champ ou bien, comme maintenant, dans une forêt tranquille au déclin du jour, il se mettait involontairement à penser que dans ce silence il pouvait, en quelque sorte, entendre le sifflement délicieux de tout ce monde immense à travers l'espace, le vacarme des villes lointaines, le grondement des vagues et de la mer, le chant des fils électriques au-dessus des déserts. + Lire la suite

17 mai 2012
L'air printanier. Légèrement duveteux. Vois-tu ces tilleuls le long de la route ? Les branches noires, dans des paillettes vertes et humides. Tous les arbres au monde se déplacent quelque part. Pèlerinage éternel. Te souviens-tu des arbres qui marchaient le long des fenêtres des wagons quand nous venions ici, dans cette ville ? Te souviens-tu des douze tilleuls qui se concertaient pour savoir comment traverser la rivière ? Et il y a plus longtemps encore, en Crimée, j'ai vu un cyprès penché au-dessus d'un amandier en fleur. Le cyprès avait été autrefois un grand gaillard de ramoneur avec sa brosse en fil de fer et son échelle sous le bras. Il était, le pauvre, fou d'une blanchisseuse, rose comme les pétales de fleurs d'amandier. Ils avaient alors fini par se retrouver, et ils allaient ensemble quelque part. Son tablier rose se gonfle ; il s'est penché timidement vers elle, comme s'il avait encore peur de la tacher avec de la suie. C'est un très joli conte. Tous les arbres sont des pèlerins. Ils ont leur Messie, et ils le cherchent. Leur Messie est le royal cèdre du Liban, mais peut-être aussi un tout petit buisson, tout à fait insignifiant, dans la toundra... Aujourd'hui, les tilleuls traversent la ville. On a voulu les retenir. On a entouré les troncs de grilles rondes. Mais de toute façon, ils se déplacent... + Lire la suite

07 juin 2014
La Vénitienne : onirique, fantastique....bref superbe !!! Un tableau prend vie!