Un monde vacillant


Livres Couvertures de Un monde vacillant
3.42 étoiles sur 5 de 33 Commentaires client

Un monde vacillant - Rose Meadows a dix-huit ans lorsqu'elle entre au service des Mitwisser, des Juifs berlinois qui ont dû fuir la montée du nazisme et ont échoué dans le Bronx. Dans cette famille sans le sou, irritable à l'excès, chacun semble jouer une partition de soliste incompatible avec celle des autres. Rudolph Mitwisser, le père, illustre homme de lettres, spécialiste des Karaïtes - une secte juive dissidente du IXe siècle - vit plongé dans ses ivres. Elsa, sa femme, refuse ce ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Un monde vacillant

Le Titre Du LivreUn monde vacillant
AuteurCynthia Ozick
ISBN-102879294568
EditeurEditions de l'Olivier
Catégoriesentretiens
Évaluation du client3.42 étoiles sur 5 de 33 Commentaires client
Nom de fichierun-monde-vacillant.pdf
La taille du fichier21.15 MB


24 janvier 2016
C'est un roman étrange, qui nous plonge dans une atmosphère particulière de déchéance et d'abandon. Rose, jeune fille livrée à elle-même, est employée par les Mitwisser, famille juive d'intellectuels réfugiés dans le New York d'avant guerre; elle observe sa famille d'accueil, ruinée, égoïste et sombre, qui vit dans l'attente du retour d'un bienfaiteur, James, héritier d'un dessinateur pour enfants, lui-même prisonnier de l'image que son père a fait de lui. Un livre intéressant, qui se lit facilement et qui marque surtout par ses personnages, qui ont tous perdu leur identité et leurs racines.

26 décembre 2007
Heir to the Glimmering World Traduction : Jacqueline Huet/Jean-Pierre Carasso Il y a une quinzaine d'années, j'ai visionné le "Kafka" de Soderbergh, avec un Jeremy Irons tout bonnement fascinant. Décrire l'ambiance qui baigne ce film, directement inspiré du "Procès", est impossible. Disons qu'il ressemble à un rêve éveillé particulièrement glauque et brumeux. (Il est d'ailleurs, si mes souvenirs sont bons, réalisés en noir et blanc, ce qui contribua beaucoup à le faire échouer au box-office américain.) Eh ! bien, l'atmosphère qui règne dans "Un Monde Vacillant" m'a beaucoup rappelé le film de Soderbergh. Non qu'il s'agisse d'un roman noir ou pessimiste : il n'y a même rien de kafkaïen là-dedans. Mais, bien que son action se déroule intégralement aux Etats-Unis, "Un Monde Vacillant" distille de façon déroutante un souffle venu de l'antique Europe de l'Est, celle qui s'abîma dans la guerre de 14. Nous sommes pourtant en 1935 lorsque l'héroïne - qui est aussi la narratrice - du roman se voit contrainte d'entrer au service de Rudolf Mitwisser, un Juif berlinois que la prise du pouvoir par Hitler en Allemagne a jeté dans l'exil avec sa famille. Rose Meadows, tel est son nom, vient de perdre le seul parent qu'il lui restait : son père. Un père bien insouciant (et même indigne, si vous voulez mon avis !) qui la laisse seule et sans un sou, à la charge d'un cousin maternel (Bertram) certes sympathique mais qui songe à se marier ... Comme Rose, vaguement amoureuse de Bertram, n'apprécie guère celle qui prétend l'épouser, c'est avec soulagement qu'elle accepte l'offre des Mitwisser. Du premier entretien, Rose a conclu que le poste proposé était un emploi de gouvernante pour les jeunes enfants Mitwisser. Mais elle va se rendre compte très vite que ses attributions sont beaucoup plus éclectiques. Traumatisée par leur départ d'Allemagne, Mme Mitwisser - Elsa - est tombée dans une espèce de folie à éclipses qui la fait repousser Waltraut, la plus jeune de ses filles, presque un bébé pourtant, et passer toutes ses journées à faire des patiences, allongée sur son lit. Les rênes domestiques de la maison sont entre les mains de la fille aînée, Anneliese, d'un an plus jeune que Rose. Entre les deux filles, quatre garçons turbulents dont les prénoms changent tout le temps, s'américanisant au gré de leurs humeurs et semant le doute dans l'esprit de Rose. Et puis, bien sûr, dans son bureau, le professeur Mitwisser qui parle un anglais si protocolaire qu'on en sourit bien souvent et qui travaille depuis une éternité sur un vaste ouvrage relatif à l'hérésie des Karaïtes, juifs qui affirmaient que la Torah devaient être lue (et observée) à la lettre. Au coeur de cette étrange maisonnée qui donne très vite au lecteur l'impression étouffante d'un galop de chevaux déments dans un vase clos, Rose commence par se poser nombre de questions. Surtout celle-ci : qui assure les finances des Mitwisser puisque l'Etat américain ne les a jamais pris en charge ? Ce roman, on pourrait aussi le comparer à un gros écheveau de laine, se dévidant interminablement mais sans lasser le lecteur curieux. La relativité de l'importance que nous accordons aux choses, les ravages provoqués par l'exil forcé en terre étrangère, l'impossibilité d'oublier le passé et, partant, l'obligation soit de l'intégrer à notre futur, soit de se laisser manger par lui ... voilà quelques uns des thèmes traités ici par Cynthia Ozick. Cela donne parfois l'impression d'un grenier en désordre où il faut, pièce par pièce, rassembler le puzzle de toute une existence mais, si l'on y parvient, on reste admiratif devant la technique de la romancière. D'autant que le livre présente une chute finale pour le moins inattendue. J'ajouterai qu'Ozick a beaucoup d'humour : son récit de l'hérésie karaïte et des recherches du professeur Mitwesser réjouira tout le monde et tout particulièrement l'athée et l'agnostique. Un auteur à lire, donc. La prochaine fois, je prendrai néanmoins l'un de ses premiers romans. Ce sera peut-être plus simple de s'y plonger car, je l'avoue, au début du texte, j'ai connu quelques difficultés. A bon entendeur ! ;o) + Lire la suite

01 mars 2006
Lecture jeune, n°117 - Le Bronx, 1935 : après avoir répondu à une petite annonce lacunaire, la jeune Rose Meadows entre au service des Mitwisser, Juifs berlinois déracinés et sans le sou. Rose peine à trouver sa place au sein de cette famille silencieuse et énigmatique. Sera-t-elle la nurse de la petite dernière, la gouvernante des quatre aînés, la garde-malade de la mère – physicienne déchue au bord de la folie – la secrétaire du père – universitaire reconnu en Allemagne pour ses travaux sur les Karaïtes, une obscure secte juive dissidente du IXe siècle – ou l’intendante de leur bienfaiteur, l’insaisissable James? Rose endosse tour à tour ces différents rôles. C’est ainsi qu’elle apprend à aimer ces êtres brisés et fascinants et finit par percer le mystère qui les entoure. L’oeuvre de Cynthia Ozick, née de parents russes ayant fui les pogroms du début du siècle, ne cesse d’interroger l’identité juive. L’auteur compose ici une fresque ténébreuse sur l’exil, une partition subtile sur la déchéance et la rédemption. Le style, exigeant et dense, donne corps à des personnages vibrants que le lecteur intrigué découvre pas à pas à travers le regard neuf de Rose, les révélations illuminées de la mère et les éclairages d’un narrateur omniscient. Gaëlle Glin