Le Quinconce, tome 4 : La Clé introuvable


Livres Couvertures de Le Quinconce, tome 4 : La Clé introuvable
4.33 étoiles sur 5 de 46 Commentaires client

Le Quinconce, tome 4 : La Clé introuvable - Un long cheminement souterrain permettra à John Huffam, lancé tel un limier sur la piste où se joue son destin, d'en remonter le cours invisible - et qui sait, d'en éclaircir enfin le violent mystère. Incarcérations, tortures physiques, et morales, évasions, descentes vertigineuses dans les derniers repaires de la nuit (ici, les égouts de Londres, où survit un peuple effarant de traîne-misère) : telles sont les étapes forcées d'un parcours semé de chausse-trapes, où...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Le Quinconce, tome 4 : La Clé introuvable

Le Titre Du LivreLe Quinconce, tome 4 : La Clé introuvable
AuteurCharles Palliser
ISBN-10285940922X
EditeurPhébus
Catégoriesdocument
Évaluation du client4.33 étoiles sur 5 de 46 Commentaires client
Nom de fichierle-quinconce-tome-4-la-clé-introuvable.pdf
La taille du fichier19.13 MB


03 avril 2015
En plongeant, je fus saisi par le froid. Il eût été périlleux de rester immergé pendant plus de quelques minutes. A la différence de la rivière qui coulait à Twycott, cette eau-là n'avait plus rien de vivant. C'était une chose morte qui maintenant se coulait tout autour de mon corps. Je nageai vers la première arche. La tête sous l'eau, la main cherchant la culée, je remontai dès que sous mon doigt je sentis son arête. J'avais espéré que le pourtour de la trappe, qui devait se trouver à grande hauteur, laisserais percer des rais de lumière, mais l'obscurité était toujours totale. + Lire la suite

25 août 2012
J'essayai de me persuader que mieux valait accepter le caractère inévitable de ma situation et de mon avenir bouché plutôt que de me complaire en chimères. Mais il m'était insupportable de me dire que j'allais passer ainsi toute ma vie, que j'avais touché le fond et que là je demeurerais. Et pourtant, à quoi étais-je bon ? Ainsi que l'avait dit Mr Pentecost, un homme ne valait que le prix qu'on lui accordait sur le marché du travail, et ce prix-là, pour ce qui me concernait, était insignifiant. Ainsi ma rancoeur et mon impatience ne faisaient-elles qu'augmenter tandis que je ne voyais se dérouler devant moi qu'une existence vide et accablante. Le courroux, la haine me rongeaient, et le petit logis des Digweed me semblait une geôle. A présent je les accompagnais presque chaque soir au Pig and Whistle, où l'éclat des lumières et la rumeur me faisaient oublier pour un temps la solitude et l'obscurité des galeries. Petit à petit j'en vins à découvrir que la boisson m'était comme une libération, un exutoire et, à ma grande honte, je dois avouer que, plus d'une fois, c'était en titubant que je regagnais la maison avec les autres. Je ne savais pas très bien si c'étaient les souvenirs du passé ou la perspective de l'avenir que je tentais ainsi d'effacer de mon esprit. Quoiqu'il en fût, je trouvais refuge dans l'oubli, cette sorte de mort qui m'offrait la contrepartie de ma vie dans les égouts. + Lire la suite

25 août 2012
En confondant les époques et en me prenant pour un autre, il m'avait carrément plongé dans un passé qui me rendait, j'en étais convaincu, dépositaire de secrets que je ne partageais maintenant avec nul autre au monde que lui. Je savais désormais que le testament dérobé après la mort de Jeoffrey Huffam avait bel et bien existé, et que c'était son homme de loi, le sieur Paternoster, qui l'avait escamoté pour le vendre aux Mompesson. (…) Ce qui me tracassait, c'étaient les raisons qui avaient poussé les Mompesson à conserver ce document, puisque ses clauses les dépouillaient. Sans doute était-ce pure négligence, qu'ils s'empressèrent de réparer par la suite... + Lire la suite