Oeuvres Completes


Livres Couvertures de Oeuvres Completes
4.8 étoiles sur 5 de 5 Commentaires client

Oeuvres Completes - Ce volume contient la totalité de l'œuvre de Georges Perros ainsi que de nombreux inédits. Elle est ici établie par ordre chronologique pour Papiers collés, Poèmes bleus, Une vie ordinaire, Papiers collés II, Échancrures, L'Ardoise magique et Papiers collés III, et par ordre d'écriture pour les inédits, les textes non repris en volume ou ceux réunis après sa mort. Attiré par la scène et l'envers du décor, sa première vocation fut le théâtre – une déc...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Oeuvres Completes

Le Titre Du LivreOeuvres Completes
AuteurGeorges Perros
ISBN-102072733588
EditeurGallimard
Catégoriesaphorismes
Évaluation du client4.8 étoiles sur 5 de 5 Commentaires client
Nom de fichieroeuvres-completes.pdf
La taille du fichier22.41 MB


15 avril 2018
Auteur sans le revendiquer, Georges Perrosl a bâti une oeuvre véritable, rassemblée pour la première fois dans un travail monumental, qui en restitue l'architecture historique, augmentée d'inédits, de documents iconographiques, de riches notes accompagnatrices, qui rend à la tonalité fragmentée sa vitalité essentielle. Thierry Gillyboeuf souligne dans sa belle préface des traits essentiels du « contrebandier de la littérature », dont cette conception si incarnée de la poésie " Trois marches pour dégringoler Dans l'ombre des choses humbles L'odeur de la réglisse, du pierrot gourmand de la semelle de caoutchouc de l'essence de la vie " (Poèmes bleus, Quarto, p. 553) Lien : https://www.sitaudis.fr/Paru..

02 décembre 2017
4ème de couverture Ce volume contient la totalité de l'oeuvre de Georges Perros ainsi que de nombreux inédits. Elle est ici établie par ordre chronologique pour Papiers collés, Poèmes bleus, Une vie ordinaire, Papiers collés II, Échancrures, L'Ardoise magique et Papiers collés III, et par ordre d'écriture pour les inédits, les textes non repris en volume ou ceux réunis après sa mort. Attiré par la scène et l'envers du décor, sa première vocation fut le théâtre – une déception. Restent la force des mots, le phrasé. Glissement de l'oral à l'écrit. Sans revenus fixes, il assuma son dénuement volontaire, acharné à noircir ses petits carnets, ses agendas, seulement riche d'une moto. Ses amis, peu nombreux mais présents, le guidèrent. Gérard Philipe le recommande à Jean Vilar. Son métier? Lecteur pour le T.N .P. Vilar s'est-il amusé autant que nous à lire ses comptes rendus? Ils tiennent en peu de mots : l'intrigue, la meilleure réplique, son jugement. Pas de bavardage, ni de laconisme, c'est impitoyablement drôle – l'élégance de l'humour assassin. Georges Poulot (1923-1978) devient Georges Perros, l'homme inclassable de la littérature, le lecteur insatiable, le critique avisé, le touche-à-tout. Sa rencontre avec Jean Grenier amorce un tournant. Il consent à lui montrer quelques textes. Grenier les aime, s'empresse de les donner à lire à Paulhan, la N.R.F. les publie. le ton est donné, la pensée entière, vive, l'écriture acérée et précise. C'est à son corps défendant qu'il réunit et publie Papiers collés – et les ouvrages suivants –, parce que la vie matérielle, avec toute une famille, l'a rattrapé et qu'il faut vivre. Il place si haut la littérature qu'il se juge toujours indigne d'un tel sacerdoce. Loin de Paris, à l'écart de tout «milieu», à Douarnenez, il officie de notes, de lectures, de poèmes. L'homme parle, malgré lui. Et lorsque le verbe le fuit, il dessine, peint, pour retrouver la seule écriture qui vaille : celle du quotidien, ces instants sans importance, l'anecdotique, où se niche l'essentielle vérité. Comment la poésie peut-elle enchanter notre réalité? Comment transcender la douleur? Aimer, se pardonner? Comment vivre? + Lire la suite

09 décembre 2017
Oui, je m'aperçois qu'il est souvent question d'amour dans ces notes. Cela ne m'étonne pas. Ce qui m'étonne, c'est qu'il n'en soit pas toujours question. A m'écouter vivre, il me semble que c'est mon seul sujet, mon seul embarras, ma seule terreur. Et peut-être mon seul dépit. [Notes pour une préface aux "Papiers Collés", p 392]