Éloge de la truite


Livres Couvertures de Éloge de la truite
3.5 étoiles sur 5 de 2 Commentaires client

Éloge de la truite - Le frisquet de l'aube, le mouvement harmonieux du bras étendant le filet, la traction lente au bout de la ligne et les points rouges de la truite : Denis Rigal parvient à rendre vivant ce qui fait la vérité de la pêche. À commencer par ces chenapans à demi sauvages, pêchant à mains nues, qui nous semblent aujourd'hui d'une authenticité presque exotique. Et si l'éloge de la truite n'était que prétexte au portrait du pêcheur ? Et le poisson formidable matière à...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Éloge de la truite

Le Titre Du LivreÉloge de la truite
AuteurDenis Rigal
ISBN-102843984327
EditeurApogée
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.5 étoiles sur 5 de 2 Commentaires client
Nom de fichieréloge-de-la-truite.pdf
La taille du fichier29.98 MB


05 février 2018
Habituellement, les jeunes bovins font preuve à mon égard d'une grande affection qui peut assez vite devenir encombrante, comme dans le cas de ce veau irlandais que j'avais d'abord salué, comme le veut l'usage, en entrant dans son pâturage ; pour lui prouver que mes intentions étaient pacifiques, je lui avais gratté le front ; c'était trop, sans doute : il ne me quittait plus ; à la fin, j'ai dû l'éloigner à grands gestes et grands cris pour qu'il me laisse pêcher tranquille. Malgré cette sympathie profonde, il y a des situations qui, sans être vraiment dangereuses, peuvent être embarrassantes. Il faut savoir, par exemple, que tout bipède qui pénètre dans une "devèze" * du plateau d'Aubrac est présumé apporter du sel et se trouve donc immédiatement entouré de génisses qui le hument, le pressent, le poussent, fourrent leur mufle dans ses poches et refusent d'entendre ses explications ; si, comme c'est probable, vous n'avez pas le pain de sel qui les apaiserait, rejoignez votre ruisseau par un autre itinéraire. Et repérez les taureaux ; si vous en voyez un au milieu de sa suite, faites un grand détour, abstenez-vous de toute remarque désobligeante ou jalouse sur la polygamie et, si vous êtes vêtu de couleurs discrètes, tout devrait bien se passer. * Pacage de montagne où l'on met les bêtes à l'estive. ("Quelques innocents", pages 94-95) + Lire la suite

18 juillet 2013
Denis Rigal, succède aujourd'hui [à Jean Rodier] dans le panégyrique de la truite, l'art de la débusquer et celui de la célébrer, ajoutés à l'apologie des lieux de haute solitude. Ce beau prétexte, a inspiré aux deux écrivains des pages magnifiques sur la féminité des rivières, le jaillissement de la vie, l'apprentissage de la mort ou la littérature de l'eau.

01 février 2018
Et puis il y a les lemmings ; je ne sais d'où vient la légende qui raconte les présumés suicides collectifs de ceux qu'on fait passer pour des rongeurs de Panurge ; je sais en revanche que si leur nombre est inversement proportionnel à celui des renards argentés et des chouettes harfang, il en reste toujours assez pour qu'on en trouve çà et là, trottant isolés ou en petits groupes, dans ces landes de mousse, carex, sorbiers et saules nains. Le seul que j'aie jamais tenu en main, terrifié par mon approche, avait enfoncé son museau dans un fouillis de tiges et de racines, espérant peut-être y trouver une galerie. À vrai dire, je devrais éviter de spéculer sur les espoirs ou les calculs de la bestiole, car si les rats sont réputés être parmi les plus intelligents des animaux, ce lemming leur cousin faisait preuve, lui, d'une sorte de sottise fébrile que je n'ai observée nulle part ailleurs, pas même chez les humains les plus obtus. Ne voyant plus rien, il se jugeait bien caché, et ne bougeait plus ; je n'eus donc qu'à me baisser pour le prendre par la peau du dos. Je découvris alors que ce charmant animal qui paraît mesurer une dizaine de centimètres consiste essentiellement en une fourrure très épaisse et très douce qui cache un corps minuscule. Elle cache aussi des incisives acérées qu'il me planta dans le doigt ; je ne pouvais pas lui en vouloir : ce fut son seul acte raisonnable ; quand je le libérai et le laissait sauter à terre, il courut immédiatement se cacher. Sous ma botte. Lorsque vous vous exclamerez "ce que je peux être bête !", pensez au lemming et vous serez réconforté. ("Norvège", page 102) + Lire la suite