Signe de vie


Livres Couvertures de Signe de vie
3.58 étoiles sur 5 de 37 Commentaires client

Signe de vie - Les immenses radiotélescopes de l'institut SETI en Californie viennent de capter un signal inhabituel venu de l'espace sur la fréquence 1,42 GHz. Un signe de vie. La NASA, l'Agence spatiale européenne et la CNSA en Chine, préparent une mission internationale pour découvrir qui émet ce signal. En tant que cryptanalyste reconnu dans le monde entier, Tomás Norhona est recruté pour faire parti de l'équipe des astronautes qui seront à bord de la nave...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Signe de vie

Le Titre Du LivreSigne de vie
AuteurJosé Rodrigues dos Santos
ISBN-102357203749
EditeurHC Editions
Catégoriesencyclopédie
Évaluation du client3.58 étoiles sur 5 de 37 Commentaires client
Nom de fichiersigne-de-vie.pdf
La taille du fichier28.71 MB


06 mai 2018
Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que Babelio m'avait sélectionné pour une Masse critique prévilégiée. Une fois n'est pas coutume, j'ai zyeuté le résumé de l'éditeur pour savoir si ce genre de livre pouvait me convenir. J'ignorais tout de l'auteur. Vous me direz que j'habite sur une autre planète pour ne pas connaître José Rodrigues Dos Santos, un écrivain abonné aux best-sellers. Je remercie, comme il se doit, les Éditions HC et Babelio pour l'envoi de ce livre. Ma seconde surprise fut de découvrir l'épaisseur du bestiau. Bien nourri, il affiche les 696 pages, le tout en broché. N'étant pas fan des pavés, le doute s'est emparé de moi, vais-je aimer ? Une accroche plus qu'intéressante m'a mis l'eau à la bouche avec un prologue savoureux. Quelques pages plus loin, la joie retombe et j'ai peur de lire un énième roman ésotérique ayant pour toile de fond le Vatican. Que nenni. Avant de parler du gros point qui fâche, j'admire la fluidité et le style impeccable de l'auteur. Tout se lit avec une telle facilité que les pages se tournent sans même s'en rendre compte. Et puis, vint l'histoire. Comme je suis fan de Science-Fiction, mais également de tout ce qui touche au domaine de l'univers – j'ai absorbé toutes émissions telles que « Les mystères de l'univers » ou « Les mystères du cosmos » au temps où j'avais National Geographic Channel (soupir, mélancolie) – j'ai été servi de ce côté-là. L'ensemble est même remarquable puisque l'on suit le parcours d'un cosmonaute, de sa préparation au parachutage dans le vide sidéral, tout ceci de manière réaliste et très bien documentée. J'ai encore plus de respect pour notre seigneur de l'espace en la personne de Thomas Pesquet. Le décollage, la sortie dans l'espace, j'en ai eu des frissons. J'avais vraiment l'impression de me retrouver à la place du personnage central – Thòmas, un portugais. Pour nous, le lancement d'une fusée, ces scientifiques qui ont eu la chance de quitter notre stratosphère, ne sont qu'une banalité. Après avoir lu ce roman, j'admire le travail de documentation de l'auteur, j'ai du respect pour l'ingéniosité et la créativité de l'espèce humaine à développer toute une technologie pour que l'on puisse survivre dans cet environnement hostile. Cela va du scaphandre, du régulateur de température, de la fusée, de la protection afin d'éviter la combustion lors de l'entrée dans notre atmosphère… Tout ceci est occulté par une de nombreux passages où l'auteur explique très longuement – ceci s'étale sur de nombreuses pages – les différentes théories scientifiques et les différentes sciences telles que les mathématiques, la biologie, la géologie, la théologie. Ce qui est parfois intéressant – comme celle dont le nom m'a échappé, mais qui assure que la vie est apparue sur Terre via des bactéries venues de l'espace, dont je pense –, m'a paru par la suite pompeux. Certaines thèses abordées m'ont rappelé avec bonheur ces moments passés devant National Geographic Channel. Bien souvent, ces discussions débouchent sur de la philosophie et la place de Dieu. J'ai été scotché jusqu'à la fin. Il m'a été difficile de lâcher le livre. On y ressent même une certaine tension appréciable. Toutefois, j'ai été déçu sur ce final, tel un Bruce Willis, le monde est sauvé par le personnage principal – bien que l'équipage y joue un rôle important. Cela dit, j'aurais pu m'en contenter, mais l'épilogue qui démarrait bien, s'est transformé par un happy end où le portugais est comme par magie retrouvé par les russes. Comme si on pouvait distinguer une plume dans un océan de brume. Et puis, il y a cette scène avec le Pape qui m'a déconcerté, j'ai trouvé ça mielleux. Une bonne pioche que ce livre. Je ne connaissais pas l'auteur et j'avais des appréhensions. L'histoire tout à fait plausible est captivante à suivre. le tout est très bien documenté par des vérités qui ont été scientifiquement prouvées et je souligne le travail de l'écrivain. À souligner que le récit part d'une histoire vraie avec le “Signal Wow!”. le style est très agréable et les presque 700 pages se lisent avec facilité malgré que José Rodrigues Dos Santos ait tendance à s'étaler avec des paragraphes entiers de thèses scientifiques – qui représentent peut-être un tiers du roman. Je pense que je pourrai lire un autre de ses ouvrages, pourvu que cela reste dans le domaine de la SF. « Signe de vie » est très bon. Je conseille de le lire. + Lire la suite

15 mai 2018
- Plutôt balancer que déféquer! répliqua Duck. Que ceci vous serve de leçon, les gars. Soyez très prudents et assurez-vous que les toilettes sont bien fermées quand vous les utilisez. Il n'y a rien de plus dégeulasse que des étrons qui flottent dans la cabine. Et sachez qu'en orbite, ça arrive plus souvent qu'on ne le pense. Sortant de son sac de couchage en regardant attentivement autour de lui pour s'assurer qu'il n'y avait plus rien qui flottait, Tomás fit la grimace. - Beurk! Ce sont des trucs répugnants comme ça qui tuent le glamour qu'il y a à être astronaute. Les cris du pilote canadien avaient réveillé Seth qui s'était levé lui aussi. - Je vais me régaler quand Frenchie publiera ses mémoires où il racontera les péripéties de l'historique mission Phanès, plaisanta le responsable scientifique en se frottant les cheveux, hirustes. Je vois déjà la couverture en vitrine : Comment j'ai berné les Russes, serré la pince aux extra-terrestres et coulé un bronze dans l'espace. + Lire la suite

03 mai 2018
Les étoiles les plus courantes dans l'univers sont des étoiles de type M, qui ont 10% à peine de la masse du Soleil. Leur zone habitable oblige à des orbites synchrones (la même face est toujours tournée vers l'étoile), totalement défavorables à la vie complexe. Seulement 5 % seulement des étoiles sont du même type que notre Soleil.