Les oeufs de Pâques


Livres Couvertures de Les oeufs de Pâques
3.33 étoiles sur 5 de 6 Commentaires client

Les oeufs de Pâques - Pour la fête de Pâques, un usage largement répandu veut que l'on cache un peu partout - sans trop les dissimuler, cependant - des neufs qui sont autant de présents à découvrir. Mais il ne s'agit pas d'oeufs ordinaires. Ils sont ornés, avec plus ou moins de goût, peints de couleurs imprévues, rehaussés de motifs, qui parfois dénotent une sorte d'intention artistique, mais parfois se contentent d'une to...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Les oeufs de Pâques

Le Titre Du LivreLes oeufs de Pâques
AuteurJacqueline de Romilly
ISBN-102877061868
EditeurEditions de Fallois
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.33 étoiles sur 5 de 6 Commentaires client
Nom de fichierles-oeufs-de-pâques.pdf
La taille du fichier18.52 MB


28 août 2014
On remet à plus tard. On se laisse séduire. Personne ne vous prévient. On vous pousse d’abord à passer tel examen, à trouver avant tout un emploi. On vous offre de toutes parts le modèle de vies en série. Tout le monde n’a pas la force de résister. A la première fille qui jette sur vous son dévolu, on vous félicite et vous encourage. « Jacques et Jacqueline, comme c’est attendrissant ! » Personne ne vous crie casse-cou. Peu à peu, les nœuds se nouent, les chaînes se resserrent, l’étau se renforce. On lit le journal. On regarde la TV. On met le couvert. On vient, année après année, dans le duplex des beaux-parents, sur cette maudite Côte, où tout le monde s’entasse. Hélas ! qui n’y est pris ? (Si je partais !...) + Lire la suite

28 août 2014
« Mais les œufs de Pâques sont, d’abord, pour les enfants. A eux la joie de trouver, l’amertume de chercher en vain. Attention pourtant, à cette joie et à cette amertume : leur cause peut être menue ; mais elles n’en dureront pas moins à travers Pâques et l’été, et à travers Noël, et toutes les années à venir. » « - c’est moi qui l’ai vu ! - Non, c’est moi ! - De toute façon, tu m’as poussé ! Même pour la fête des œufs de Pâques, on se bat, on s’accuse ; tout à coup, deux petits frères, deux petits amis, se dressent, méfiants, méprisants, rancuniers. Comment la remontée des souvenirs, n’y aurait-il pas, aussi, ces brusques affrontements, qui nous ont déchirés au passage ? Parfois on se réconcilie ou se console ; on oublie. Mais pas toujours. » + Lire la suite

28 août 2014
-C’est vrai chérie. La guerre est partout. Et elle n’est pas drôle. J’en ai connu deux, sans compter l’Algérie. Renée avait oublié l’Algérie. Elle sursaute : -C’est vrai, cela aussi… Mais comment supporte-t-on cela ? Tu voudrais que j’aille me promener en mer sans raison, le cœur léger ? Comment peut-on ? Dis-le, toi Grand-père toi qui as connu cela, comment peut-on ? D’un geste, il lui répond : il joint les mains, paume contre paume, puis les retourne. -Deux faces, dit-il : il y a deux faces à tout, au même moment, toujours, quelqu’un qui meurt et quelqu’un qui naît, une bataille et une fête. Tout est à la fois une bataille et une fête. Comprends-tu ? … Alors tu ne vas pas te promener sur l’eau comme une sotte, pour rien : tu y vas en sachant que cela t’est donné, à toi, à nous, pour un jour, et qu’il faut en profiter… (Vue sur le Vieux-Port) + Lire la suite