Ces amis qui enchantent la vie


Livres Couvertures de Ces amis qui enchantent la vie
3.95 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client

Ces amis qui enchantent la vie - Ouvrage original, puisqu'il mêle portraits d'écrivains et morceaux choisis de leurs meilleurs livres, Ces amis qui enchantent la vie est l'aboutissement et le fruit d'une longue histoire d'amour. Jean-Marie Rouart a toujours eu la passion de la littérature. Depuis sa prime adolescence, elle n'a cessé de l'accompagner. Il a même écrit qu'elle lui avait sauvé la vie, sauvé du désespoir en donnant un sens à une existence qui commençait sous les pires auspices. Grâce à ...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Ces amis qui enchantent la vie

Le Titre Du LivreCes amis qui enchantent la vie
AuteurJean-Marie Rouart
ISBN-102221157060
EditeurRobert Laffont
Catégoriesmagiciens
Évaluation du client3.95 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client
Nom de fichierces-amis-qui-enchantent-la-vie.pdf
La taille du fichier27.24 MB


12 avril 2016
Le livre de chevet par excellence ; celui qui ne quitte pas la table de nuit et dont a envie de lire un chapitre chaque soir avant de s'endormir. Courtes biographies (acerbes parfois !) de plus d'une centaine de grands écrivains, suivies de quelques pages de leurs oeuvres les plus connues. Magnifique.

11 septembre 2015
Les soleils païens Restif de la Bretonne : le diable au corps p 46 "Restif n’est pas un mental, c’est un baiseur, un fornicateur comme Casanova. Mais le Vénitien paraît presque engoncé comparé à lui. Ils ont cependant des points communs : en dehors de leur fameuse érotomanie, l’un et l’autre se sont intéressés à l’édition et n’ont pas hésité, dans leurs périodes de vaches maigres, à collaborer avec les renseignements généraux de l’époque, le Cabinet noir pour Restif, les espions du Conseil des Dix pour Casanova. Mais ce qui sépare le plus Restif de Casanova, c’est qu’il reste une fleur du pavé parisien. Il sent le Paris populaire grouillant de commerces, de filles vénales, de trafics et d’intrigues. Alors que Casanova est un cosmopolite : il ne cesse de bouger. Venise, Paris, Londres, Varsovie, Saint-Pétersbourg, la Hollande, la Bohême. De plus, il a horreur du mariage, de la famille, des enfants alors que Restif les adore. Il y a du franchouillard chez Restif. C’est un ancêtre des héros de Jean Dutourd qui d’ailleurs lui voue une admiration aveugle : il estime son génie supérieur à celui de Voltaire, de Rousseau et de Diderot. Pourquoi pas ? Tout est permis en matière d’appréciation littéraire. En réalité il est difficile de classer quelque part ce marginal des lettres, ce graphomane érotomane qui nous donne la meilleure leçon de style : être soi-même, ne chercher à ressembler à personne." + Lire la suite

11 septembre 2015
Les coeurs en écharpe Apollinaire : le troubadour des dames galantes "Avec son crâne carré, son allure de portefaix, il n’a pas la gueule de l’emploi : pourtant la poésie l’habite et l’amour le transporte. Il y brûle délicieusement ses ailes car cet amoureux éperdu et volage est un grand masochiste. Peut-être a-t-il compris que pour un poète les souffrances amoureuses font partie des accidents professionnels. Dans sa vie, les amantes vont se succéder, déchirant son cœur d’où ne coule pas du sang mais des poèmes. Plus elles le flagellent, le trompent, l’humilient, plus il leur dédie des poèmes reconnaissants. Lou de ce point de vue détient le pompon : cette belle aristocrate va le torturer avec une science digne du marquis de Sade. Loin de se plaindre, il en redemande. Les lettres qu’il lui adresse du front où il voit autour de lui pleuvoir les obus et la mitraille sont d’une beauté pathétique. Comment un chant si pur peut-il naître de la boue des tranchées, de l’odeur fétide des amputations et de la mort ? C’est le miracle de la poésie qui abolit l’horreur du monde et métamorphose en beauté un monde que l’espoir a fui." p 205-206 + Lire la suite