L'Année de la mort de Ricardo Reis


Livres Couvertures de L'Année de la mort de Ricardo Reis
4.01 étoiles sur 5 de 38 Commentaires client

L'Année de la mort de Ricardo Reis - Ricardo Reis est l'un des hétéronymes du grand poète portugais Fernando Pessoa. Créature imaginaire, qui pourtant s'inscrit dans la réalité en signant une œuvre poétique importante, il devient, sous la plume de José Saramago, le personnage central d'une fiction romanesque. Dans une Lisbonne changeante, que les reflets du Tage font parfois paraître comme irréelle, Ricardo Reis poursuit une quête d'identité où se mêlent le vrai et le faux ; les morts côtoient l...

Télécharger Livres En Ligne

Détails L'Année de la mort de Ricardo Reis

Le Titre Du LivreL'Année de la mort de Ricardo Reis
AuteurJosé Saramago
ISBN-102020364328
EditeurSeuil
Catégoriesmystère
Évaluation du client4.01 étoiles sur 5 de 38 Commentaires client
Nom de fichierl-année-de-la-mort-de-ricardo-reis.pdf
La taille du fichier18.43 MB


26 août 2014
"Roman étourdissant" promet la quatrième de couverture. Roman touffu en tout cas. le lecteur est censé osciller entre rêve et réalité, tout ça parce que le personnage central du livre est Ricardo Reis, pseudonyme du grand auteur portugais Pessoa. Mais la vie et l'oeuvre de Pessoa sont en elles-mêmes des rêveries identitaires assez incroyables. Isoler un des avatars que celui-ci avait créé pour en raconter la disparition ne m'a paru ni "étourdissant", ni novateur, ni particulièrement intéressant. À moins que ce roman ne soit la critique d'une certaine littérature, confite dans ses recherches formelles et complètement hors propos dès lors que fascisme et nazisme déferlent sur l'Europe. Auquel cas ce livre serait un enterrement de première classe pour Pessoa, réduit à l'insignifiance, traité comme un personnage de Nathalie Sarraute. Mais pour que je sache si mon hypothèse tient la route, il faudrait que je sois moins ignare en littérature lusitanienne; et comme je ne vais pas combler cette lacune, il ne me restera de cette lecture qu'un vague sentiment d'imposture et d'ennui. Édit: je viens de lire une interview de Saramago qui parle effectivement de règlement de compte. Mais cela ne transparaît absolument pas dans la manière dont ce livre est vendu au lecteur français. Je l'aurais sans doute davantage apprécié si j'avais su à quoi m'en tenir avant de le lire. + Lire la suite

04 juin 2018
Les aveugles ne sont pas seuls à avoir besoin d'une canne pour tâter le terrain devant eux ou d'un chien pour flairer les dangers, même un homme dont la vue est bonne a besoin d'une lumière qui le précède, d'une conviction, d'une aspiration, ou, faute de mieux, d'un doute. (page 104)

13 mai 2017
Après 16 ans passés au Brésil, Ricardo Reis revient à Lisbonne en ce milieu des années 30; cette longue absence ayant effacé son passé lusitanien, il se retrouve sans attache dans ce qui fût son pays, et s'installe dans un hôtel de la capitale. Docteur en médecine, il vit de son pécule, faisant connaissance avec le personnel de sa résidence, se liant avec d'autres pensionnaires plus ou moins réguliers, mais également avec Fernando Pessoa, le célèbre poète décédé un peu plus tôt cette année-là et dont le fantôme vient lui rendre visite, lui qui est l'un de ses hétéronymes. Qui est Ricardo Reis ? Recherche-t-il quelque chose à arpenter ainsi les rues de Lisbonne, rencontrant un Adamastor pétrifié ? Qui est ce Portugal dans cette Europe vacillante, là où l'Allemagne apparait pour certains comme un rempart contre la contagion Rouge, l'Italie de Mussolini écrasant l'Éthiopie du Négus qui sera, comme le reste du continent, trahit par la SDN, et où l'Espagne tombe dans le Franquisme. De multiples intérêts dans cette lecture donc, entre Histoire du Portugal et de l'Europe, interrogations sur l'Identité, découverte des quartiers de Lisbonne, servis par la plume de Saramago, exigeante parfois dans la forme (e.g. dialogues concaténés, ponctuation minimaliste) mais tellement prenante à mon goût. + Lire la suite