Pourquoi la fiction ?


Livres Couvertures de Pourquoi la fiction ?
3.75 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client

Pourquoi la fiction ? - Jamais l’humanité n’a consommé autant de fictions que de nos jours, et jamais elle n’a disposé d’autant de techniques différentes pour étancher cette soif d’univers imaginaires. En même temps, comme en témoignent les débats autour des « réalités virtuelles », nous continuons à vivre à l’ombre du soupçon platonicien : la mimèsis n’est-elle pas au mieux une vaine apparence, au pire un leurre dangereux ? Pour répondre au soupçon antimimétique et mieux co...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Pourquoi la fiction ?

Le Titre Du LivrePourquoi la fiction ?
AuteurJean-Marie Schaeffer
ISBN-102020347083
EditeurSeuil
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.75 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client
Nom de fichierpourquoi-la-fiction.pdf
La taille du fichier26.23 MB


15 février 2017
Ainsi, le fait que je voie mon voisin en train de se débarrasser des mauvaises herbes de son jardin me donne envie de m'adonner à la même activité ; mais la façon dont je le fais, c'est-à-dire par un binage erratique et à la tête de la mauvaise herbe rencontrée (j'ai des réticences à me débarrasser des végétaux en fleurs, ce qui rend mon binage particulièrment inefficace), obéit à un scénario qui m'est propre et qui repose sur une interprétation très laxiste du principe : le mieux est l'ennemi du bien ; cela n'a pas grand-chose à voir avec le scénario, diablement efficace, inspiré par Attila et développé par Monsanto, qu'applique mon voisin. + Lire la suite

17 février 2017
Comme il vise d'abord la clientèle enfantine, le Tamagotchi n'a pas manqué d'inquiéter les pédagogues (il est vrai qu'un pédagogue est toujours inquiet - c'est un trait qui fait partie de sa définition).

03 juin 2017
Notre attitude générale à nos perceptions est celle de la croyance naïve, ce qui est tout à fait normal dans la mesure où dans la plupart des conditions cette confiance perceptive naïve EST justifiée. Or, Ruth Millikan note qu'il en va de même pour ce que nous apprenons à travers la parole : « On suppose en général que l'acquisition d'informations par l'intermédiaire du canal linguistique est un processus radicalement différent de la collecte d'informations réalisée directement par la voie perceptive. Il y a pourtant des raisons d'admettre que la différence a été largement surestimée et qu'en réalité notre habitude de faire confiance de manière non critique à ce qu'on nous raconte ressemble de manière surprenante à notre façon de faire confiance de manière non critique à ce que nous voyons. Il existe par exemple des preuves expérimentales qui montrent que ce qu'on nous raconte est traduit directement en croyances, à moins que nous n'entreprenions un travail cognitif pour empêcher ce passage — c'est-à-dire que les choses se passent de la même manière qu'avec ce que nous percevons à l'aide d'autres médias. » Chapitre II : Mimèsis : imiter, feindre, représenter et connaître, 5. De la représentation à la représentation mimétique. + Lire la suite