Mémoires d'un âne


Livres Couvertures de Mémoires d'un âne
3.73 étoiles sur 5 de 609 Commentaires client

Mémoires d'un âne - Délaissant pour une fois les héros enfantins qu'elle a su nous rendre familiers, la Comtesse de Ségur, dans ce petit livre divertissant, se fait la mémorialiste du brave Cadichon. Elle nous y enseigne avec infiniment d'esprit que les animaux peuvent porter sur l'homme des jugements pleins de logique, et que l'âne en particulier n'est pas si bête qu'on le corit communément. Il est vrai, on le verra, que Cadichon est un âne exceptionnel. Têtu comme ceux de son...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Mémoires d'un âne

Le Titre Du LivreMémoires d'un âne
AuteurComtesse de Ségur
ISBN-102203135247
EditeurCasterman
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.73 étoiles sur 5 de 609 Commentaires client
Nom de fichiermémoires-d-un-âne.pdf
La taille du fichier28.63 MB


14 septembre 2016
La Comtesse de Ségur, ma petite madeleine à moi. J'ai lu et relu un certain nombre de ses livres enfant. Et curieusement, je ne connaissais pas Les mémoires d'un âne. Quelle jolie lecture ! J'ai suivi avec plaisir les aventures et mésaventures de l'âne Cadichon, animal si injustement, selon Cadichon lui-même, catalogué bête, têtu et parfois méchant. Têtu, notre héros à quatre pattes le fut, méchant parfois également, mais bête, jamais. Cet âne extraordinaire comprend l'homme mieux que lui-même et appréhende la vie avec sagesse et modestie. Mais avant de jouir de cette sérénité, il a fallu qu'il apprenne de ses erreurs et de ses expériences, qu'elles soient tristes ou heureuses. Avec mes yeux d'adulte, j'ai bien entendu été plus sensible au côté « morale » du roman, mais cela n'a en rien altéré ma lecture, l'écriture est un délice, les personnages ont ce côté désuet que j'affectionne, le rythme est soutenu. Un joli retour au pays des livres de mon enfance.

12 mai 2013
J'étais heureux, je l'ai déjà dit ; mon bonheur devait bientôt finir. Le père de Georget était soldat ; il revint dans son pays, rapporta de l'argent, que lui avait laissé en mourant son capitaine, et la croix, qui lui avait donnée son général. Il acheta une maison à Mamers, emmena son petit garçon et sa vieille mère, et me vendit à un voisin qui avait une petite ferme. Je fus triste de quitter ma bonne vieille maîtresse et mon petit maître Georget ; tous deux avaient toujours été bons pour moi, et j'avais bien rempli tous mes devoirs. Mon nouveau maître n'était pas mauvais, mais il avait la sotte manie de vouloir faire travailler tout le monde, et moi comme les autres. Il m'attelait à une petite charrette, et il me faisait charrier de la terre, du fumier, des pommes, du bois. Je commençais à devenir paresseux ; je n'aimais pas à être attelé, et je n'aimais pas surtout le jour du marché. On ne me chargeait pas trop et l'on ne me battait pas, mais il fallait ce jour-là rester sans manger depuis le matin jusqu'à trois ou quatre heures de l'après-midi. Quand la chaleur était forte, j'avais soif à mourir, et il fallait attendre que tout fût vendu, que mon maître eût reçu son argent, qu'il eût dit bonjour aux amis, qui lui faisaient boire la goutte. Je n'étais pas très bon alors ; je voulais qu'on me traitât avec amitié, sans quoi je cherchais à me venger. Voici ce que j'imaginai un jour ; vous verrez que les ânes ne sont pas bêtes ; mais vous verrez aussi que je devenais mauvais. Le jour du marché, on se levait de meilleure heure que de coutume à la ferme ; on cueillait les légumes, on battait le beurre, on ramassait les oeufs. Je couchais pendant l'été dans une grande prairie. + Lire la suite

12 janvier 2015
Lorsque je pense aux livres qui ont marqué mon enfance, celui-ci est l'un des premiers à me venir en tête (à égalité avec Bilbo le Hobbit). Il faut dire que j'ai déjà une grande affection pour le livre en lui-même, trouvé dans un coin du grenier des mes grands-parents quand j'avais 6 ou 7 ans. Depuis, je l'ai relu un nombre incalculable de fois, même si ma dernière lecture remontait jusqu'à aujourd'hui à une bonne quinzaine d'années. C'est donc avec délice que je me suis replongée il y a quelques jours dans les aventures de l'âne Cadichon, qui nous raconte sa vie et comment il a appris la sagesse et l'humilité. Avec délice, mais aussi avec un peu d'appréhension. En effet, j'avais un souvenir très vif de certains passages qui m'avaient fait pleurer toutes les larmes de mon corps, et donc oui, à 28 ans, je redoutais d'arriver à l'histoire de Pauline... C'est vous dire à quel point ce livre m'a marqué ! Heureusement, je n'ai pas été traumatisée par cette relecture, même s'il est incontestable que le style très "réaliste" de la Comtesse de Ségur semble bien différent de la majorité des livres pour enfants actuels. le fait que l'histoire soit contée par un âne atténue un peu la violence de certains passages, mais il y a quand même des moments très durs. Heureusement, ils sont contrebalancés par des moments plus joyeux voire carrément drôles, et l'on passe donc très rapidement du rire aux larmes. J'ai tout de même trouvé l'ambiance générale du livre plus légère que dans mon souvenir, aidée par le style de l'écriture et les situations désuètes qui rendent souvent l'histoire plus mignonne qu'elle ne l'était sans doute au départ. Car oui, tous ces petits gamins qui se comportent comme des adultes étaient sûrement très réalistes à l'époque, mais le côté daté de leurs attitudes les rend absolument adorable aujourd'hui. Enfin, j'ai trouvé très drôle tout le côté "leçon de morale" du livre, que je n'avais pas du tout perçu quand j'étais enfant. du classique "il ne faut pas faire de mal à son prochain" à la plus originale apologie du gendarme, il y en a pour tous les goûts. Cependant, cela s'intègre très bien au style de l'histoire, et même si c'est parfois très appuyé, ça n'en devient jamais lourd, juste parfois comique. En résumé, j'ai adoré ce livre à 7 ans, et, même si l'histoire est moins intense que dans mon souvenir, j'ai adoré cette relecture. J'espère vraiment que les enfants d'aujourd'hui auront encore la chance de découvrir ce livre car, même si l'écriture est assez vieillotte, il n'y a rien d'insurmontable, et je pense que c'est vraiment un roman dont les jeunes lecteurs sortiront grandis. Challenge Petits Plaisirs 2014-2015 Challenge Variétés 2015 + Lire la suite