Tragédies, tome 1


Livres Couvertures de Tragédies, tome 1
4.37 étoiles sur 5 de 30 Commentaires client

Tragédies, tome 1 - Dans des traductions entièrement nouvelles principalement dues à Jean-Michel Déprats, ces deux premiers volumes de la nouvelle édition des Œuvres complètes de Shakespeare dans la Pléiade contiennent les grandes tragédies : - tome I : Titus Andronicus, Roméo et Juliette, Jules César, Hamlet, Othello. La vie du comédien, poète et dramaturge William Shakespeare (1564-1616), né et mort à Stratford upon Avon, Warwickshire, reste assez mal c...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Tragédies, tome 1

Le Titre Du LivreTragédies, tome 1
AuteurWilliam Shakespeare
ISBN-102070113620
EditeurGallimard
Catégoriestragédie
Évaluation du client4.37 étoiles sur 5 de 30 Commentaires client
Nom de fichiertragédies-tome-1.pdf
La taille du fichier20.87 MB


26 avril 2013
Toutes les grandes tragédies de Shakespeare en édition billingue, textes anglais et français en vis à vis, quasiment ligne à ligne Notice critique et notes pour chaque oeuvre. Fabuleux, à conserver en permanence à proximité des neurones (si on en est capable), de la main (si on n'a pas peur de déformer ses poches)

29 septembre 2012
"Hamlet".- Traduction nouvelle de Jean-Michel Déprats, ce n'est pas anodin : à comparer avec les autres traductions, notamment celle, également nouvelle, d'André Markowicz aux Éditions Actes Sud "Babel". «Dites cette tirade, je vous prie, comme je l'ai prononcée, lestement sur la langue; car si vous devez la beugler, comme font tant de comédiens, j'aimerais autant faire dire mes vers par le crieur public. Et puis ne sciez pas trop l'air avec la main, comme ça, de la mesure en tout : car dans le torrent, la tempête et, pour ainsi dire, le tourbillon de la passion, vous devez acquérir et engendrer en vous une retenue qui lui donne du coulé. Oh ! cela me blesse l'âme d'entendre un furieux gaillard emperruqué déchirer une passion en lambeaux, oui, en charpie»… Déprats choisi donc le verbe "beugler" quand Markowicz préfère celui de "surjouer". À chaque lecteur, chaque spectateur de se prononcer...

16 avril 2016
TITUS : Quoi, mon pauvre Lucius, ne perçois-tu pas Que Rome n'est qu'une jungle peuplée de tigres ? Aux tigres il faut des proies, et Rome n'offre d'autre proie Que moi et les miens. (TITUS : Why, foolish Lucius, dost thou not perceive That Rome is but a wilderness of tigers ? Tigers must prey, and Rome affords no prey But me and mine.) TITUS ANDRONICUS, Acte III, Scène 1.