Les Cosaques


Livres Couvertures de Les Cosaques
3.78 étoiles sur 5 de 121 Commentaires client

Les Cosaques - A travers les paysages du Caucase et le régiment de Cosaques auquel ii est affecté, un jeune officier,.. Olénine, qui n'est autre que Tolstoï lui-même, découvre la splendeur du monde primitif. «Dieu que notre Russie est triste», soupirait Pouchkine; le Caucase, c'est pour Tolstoï la découverte de la joie, l'oubli de l'accablant sentiment de culpabilité qui est au fond de l'âme russe. D'admirables évocations de nature. Le pittoresque éclatant des voyages roman...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Les Cosaques

Le Titre Du LivreLes Cosaques
AuteurLéon Tolstoï
ISBN-102070368505
EditeurGallimard
Catégorieslittérature
Évaluation du client3.78 étoiles sur 5 de 121 Commentaires client
Nom de fichierles-cosaques.pdf
La taille du fichier20.87 MB


02 janvier 2016
- Regarder une belle fille, c'est un péché ? S'amuser avec elle, c'est un péché ? L'aimer, c'est un péché ? C'est comme ça, chez vous ? Non, mon cher, ce n'est pas un péché, c'est le salut. Dieu t'a créé, il a créé aussi les filles. C'est lui qui a tout fait, mon cher. Par conséquent, ce n'est pas un péché de regarder une belle fille. Elle a été créée pour être aimée et procurer de la joie. Voilà comme je juge, mon bon ! (Erochka à Olenine) + Lire la suite

23 juillet 2016
Pris au hasard dans la bibliothèque qui me vient de mes parents. C'est mon premier Tolstoï et, un peu frileuse, je l'ai choisi parce qu'il ne comportait que 216 pages. Oui, je sais, c'est lâche. Dans l'ensemble, j'ai aimé ce roman mais j'ai été un peu déconcertée par le style d'écriture de l'auteur, pas toujours très clair dans sa narration. Ainsi, à maintes reprises, je me suis fait la remarque qu'une action se préparant arrivait subitement à sa conclusion sans que l'on sache vraiment comment elle s'était déroulée. On a l'avant, l'après, mais le pendant est laissé à notre supposition. Dommage car l'histoire en elle-même est vraiment intéressante mais cette absence de clarté, de précision, m'a empêchée d'être complètement accrochée. A moins que cela ne vienne d'un manque de concentration de ma part, ce n'est pas exclu... Impression générale un peu tiède, donc. Comme ma critique, je l'admets.

13 août 2012
Tolstoï, l'un des plus grands écrivains russes. N'ayant toujours pas trouvé l'occasion de m'adonner à la lecture de l'un de ses chefs-d'oeuvre Anna Karénine ou La guerre et la paix, je me suis intéressé à ce petit roman dont le curseur semble beaucoup plus pointer vers l'autobiographie que la fiction, Les cosaques. C'est l'histoire d'Olénine - dans lequel tous ont reconnu Tolstoï - qui, las des conventions de son milieu de petit bourgeois, quitte la "civilisation" de son plein gré pour aller vivre en cosaque parmi les cosaques, dans le Caucase. Il n'y va pas parce que leur appellation fait un excellent nom de roman, il y va pour se replonger dans cette simplicité de l'existence aujourd'hui oubliée dans le milieu qui lui est destiné, il y va pour se sentir écraser par la puissance de ces montagnes qui l'entourent et qui sont seul témoin du passé, il y va pour rencontrer l'Homme tel qu'il est, il y va pour vivre, tout simplement. L'arrivée dans le Caucase est aussi merveilleuse pour Olénine que pour nous, Tolstoï a ce génie qui lui permet de transporter devant nos yeux ces environnements qu'il décrit, et ces montagnes qui écrasent Olénine nous écrasent nous aussi, parce que l'auteur sait comment les créer en notre esprit, il sait comment transcender les émotions de son héros pour qu'elles deviennent celles de son lecteur. Olénine s'avère ravi de rencontrer ses nouveaux compagnons, il admire leur simplicité et leur vigueur, tout ce qui lui manque désormais pour atteindre le bonheur, c'est de parvenir à s'intégrer, de devenir, lui aussi, un cosaque. Et c'est bien là que le conte de fée s'arrête, épris d'une fille promise à un autre, Olénine verra dans ses yeux qu'il ne fait pas partie de son peuple. Arrivera-t-il tout de même à passer outre et à en faire sa compagne ? Je vous laisserai le découvrir. C'est un livre qui m'a tout de même un peu déçu, comme si tout n'avait été que survolé : il y avait une histoire à raconter, on l'a racontée, mais on ne s'y est pas attardé. C'est un format peu habituel à la littérature russe du XIXème, elle qui est mère, soit de nouvelles, soit de gigantesques fresques sociales, philosophiques et religieuses qui dépassent bien souvent le millier de page ; peut-être est-ce pour cette raison que j'ai eu l'impression qu'il manquait quelque chose à un livre trop long pour être une nouvelle, trop court pour être une grande fresque. Mais Tolstoï, en grand écrivain qu'il est, ne se contente pas de l'histoire. J'ai bien l'impression que c'est la nécessité de notre être qu'il essaie de faire passer dans ce roman, oui Olénine renie sa naissance, oui il veut de tout coeur appartenir à ce peuple qu'est celui des cosaques, mais ce ne sera jamais suffisant. Nous n'avons aucun moyen de nous arracher à notre être, il est là, et il témoigne de notre passé, tout constitué qu'il en est. Olénine est un très bon comédien, sans doute peut-il paraître cosaque à celui qui ne l'est pas, mais en contemplant son reflet dans les yeux de la personne qu'il aime et qui en est bien une, il ne peut nier son être intrinsèque. Il ne peut nier qu'il n'en est pas un. Ainsi va la vie, l'on aura beau, tant bien que mal, se battre avec cet être dont nous avons l'impression qu'il ne nous convient pas, qu'il nous emprisonne, qu'il nous limite, jamais, et c'est bien ce que Tolstoï veut nous faire comprendre, nous ne parviendrons à nous en arracher. Faute de pouvoir s'en décoller, il s'agit d'apprendre à composer avec, ne refusez pas de jouer la partition que le public attend que vous jouiez parce que vous avez mal au doigt : trouvez un moyen de jouer avec ce doigt douloureux. Alors peut-être jouerez-vous moins bien, peut-être que l'on dira que vous êtes un mauvais musicien, mais personne ne pourra vous reprocher de n'avoir pas joué sous prétexte qu'une difficulté était survenue, vous aurez assumé ce pour quoi vous étiez présent, et sans doute est-ce là le propre d'une apparition réussie - d'une existence réussie. J'ai donc été un peu déçu par l'histoire en elle-même, mais c'est peu de dire que cette déception est rattrapée par cette capacité qu'a Tolstoï de nous projeter au beau milieu de ces immenses étendues montagneuses et typiquement russes. J'ai également pu me réjouir de la dimension implicite du roman - presque "métaphysique". Un bon livre au final, mais à lire sans en attendre une merveille, cela étant, si vous souhaitez vous plonger au milieu du Caucase, n'hésitez pas. + Lire la suite