Kristin Lavransdatter


Livres Couvertures de Kristin Lavransdatter
4.26 étoiles sur 5 de 49 Commentaires client

Kristin Lavransdatter - Kristin Lavrandsdatter défie l'autorité du père adoré quand elle refuse d'épouser l'homme que celui-ci a choisi pour elle. En effet, elle aime Erlend, le chevalier au passé scandaleux. Mais le couple que forment Kristin et Erlend va connaître de orages. La jeune femme, amante passionnée à seize ans, épouse et mère à dix-sept , se retrouve maîtresse du domaine de Husaby. Très vite elle va apprendre à le diriger, à devenir celle sur qui tous et toutes reposent. Jusqu'...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Kristin Lavransdatter

Le Titre Du LivreKristin Lavransdatter
AuteurSigrid Undset
ISBN-102234060133
EditeurStock
Catégoriessouvenirs d'enfance
Évaluation du client4.26 étoiles sur 5 de 49 Commentaires client
Nom de fichierkristin-lavransdatter.pdf
La taille du fichier22.2 MB


30 mai 2018
Elle eut comme une vision du monde: une chambre sombre dans laquelle tombait un rai de soleil; les grains de poussière dansaient entre les ténèbres et la lumière, et elle sentait que maintenant enfin elle était entrée dans le rai lumineux.

30 mai 2014
Quelle épopée ! Pas de combat contre des dragons ou des armées invincibles, pas de quête du Graal, mais c'est tout de même bien d'une épopée qu'il s'agit. Celle d'une femme, Kristin Lavransdatter, qui, de la sortie de l'enfance jusqu'à son entrée dans la vieillesse, trace son chemin entre les codes de sa société, ses aspirations personnelles et ses interrogations spirituelles. Une belle fresque dans la Norvège du XIVème siècle, qui a emporté la lectrice que je suis au long cours de ses mille et quelques pages. Si une partie du second tome m'a paru un peu moins intéressante parce que trop centrée sur la religion et tournant un peu en rond, lorsque Kristin voudrait être une femme et une mère bonne et aimante mais ne sait qu'être aigrie et acariâtre, j'ai aimé suivre cette femme dans sa rébellion juvénile puis dans sa détermination et enfin dans l'acceptation de sa maturité. Je n'ai pas encore vécu toutes les étapes de la vie de Kristin, mais j'ai aimé ce portrait de femme que j'ai senti juste, dans lequel je me suis par moments retrouvée, malgré la distance dans l'espace et dans le temps. J'ai surtout aimé ce caractère indomptable et courageux, qui assume ses choix jusqu'au bout, qui ne regarde pas en arrière et ne se lamente jamais, qui assume aussi son individualité dans une société où elle pourrait se laisser dicter sa conduite, conscience de ses aspirations, de ses doutes, de sa force propre. Certaines réflexions font penser qu'elle pourrait se laisser cantonner à son rôle de femme, ne se mêlant pas par exemple de politique. Mais est-ce parce que c'est une affaire d'hommes ou parce qu'elle a son propre royaume à gérer, le domaine d'Husaby, l'avenir de ses enfants, et que c'est son choix de ne pas se mêler de ces vaines querelles. Kristin sait composer entre ce qu'elle est et la société où elle évolue pour être la femme qu'elle veut être et, au-delà des siècles, c'est une attitude qui a résonné en moi, un modèle dont je pourrais m'inspirer à un moment de ma vie où je jongle entre les différents rôles que je dois ou veux assumer et où les conséquences de mes choix passés ou récents se montrent dans toute leur irréversibilité. Il m'est bien difficile de faire une note de lecture de ce livre qui aille au-delà de l'enthousiasme, car je ne saurais dire exactement pourquoi j'ai aimé ce livre. le style est fluide, les descriptions belles, les personnages complexes et fouillés, mais tout cela me paraît bien plat, et certainement pas à la hauteur du plaisir que j'ai pris à cette lecture. Peut-être est-ce cet équilibre subtil que Sigrid Undset a su trouver entre d'une part un monde dont elle nous fait partager le quotidien mais que l'on sait hors d'atteinte (s'élancer à skis à travers les montagnes enneigées, s'asseoir au bord d'une rivière impétueuse, filer patiemment la laine pendant la veillée ou apprendre de sa mère comment brasser la bière) et d'autre part un personnage dont j'ai pu me sentir proche malgré nos chemins de vie bien différents, dont le caractère fort et complexe m'a montré une voie possible, m'a fait me pencher sur ma propre vie et m'interroger sur mes propres choix. Une très belle lecture, une superbe découverte d'un auteur que j'espère pouvoir retrouver d'ici peu, et dont j'espère que les autres écrits dégageront la même force et m'emporteront tout autant dans un monde à la fois si loin et si proche du mien. + Lire la suite

04 août 2016
1) La couronne / traduit par E. Avenard 2) La maîtresse de Husaby / traduit par E. Avenard 3) La croix / traduit par T. Hammar et M. Metzger Cette immense fresque composée de trois romans nous entraîne en Norvège au XIV siècle et nous conte la vie de Kristin, dès ses premiers souvenirs d'enfance jusqu'à sa mort. Elle est la fille aînée d'un riche propriétaire terrien, mi grand seigneur, et mi paysan. Un très grand amour uni Kristin, à Lavrans son père, en qui elle voit une sorte d'idéal absolu, impossible à dépasser, et qui va lui servir d'aune durant toute sa vie pour juger le bien et le mal. Mais elle va trahir ce père, et fuir l'avenir sûr qu'il lui a préparé au côté du fiancé qu'il lui a choisi, le sage et bon Simon. le deuxième grand amour de sa vie, après son père, ce sera Erlend, le noble et beau Erlend, terriblement séduisant, mais irresponsable et irréfléchi, l'éternel adolescent charmeur qui semble attirer les ennuis. Lui et Kristin vont se marier et surtout vivre un grand amour passion, plein d'orages et de discordes, aussi incapables de vivre ensemble, que de vivre l'un sans l'autre, et surtout avec quelqu'un d'autre. Il y aura leurs nombreux enfants, leurs divers parents, les désastreuses menées politiques d'Erlend, la vie quotidienne à la ferme seigneuriale, la vie de cour. Toutes les joies et les peines d'une vie, riche et intense, d'une personnalité hors du commun. Kristin est une femme dotée d'une très forte personnalité, complexe, et contradictoire parfois. Pleine de douceur, généreuse, intelligente, pétrie de bons sens, mais à d'autres moments colérique, impétueuse, rancunière et mesquine. Et tous les autres personnages sont aussi riches et attachants, aucun n'est ni tout blanc ni tout noir, ils ont leurs zones d'ombres et de lumières. Ils sont très nombreux, impossible de les citer même partiellement. J'ai une tendresse particulière pour Aashild, la tante d'Erlend, jadis mariée à un homme riche et puissant, qu'elle a selon la rumeur populaire assassiné, pour suivre son jeune amant. Elle a en tous les cas abandonné ses enfants pour se marier avec ce Bjoern, et vivre avec lui dans la pauvreté sur un petit domaine. Soupçonnée de sorcellerie, c'est vers elle que les gens se tournent lorsque les prières ne suffisent plus. Elle a gardé le maintient et les manières d'une grande dame. Tout cela en plein moyen-âge, avec la prédominance de la religion, qui n'a pourtant pas encore réussi complètement à éradiquer toutes les croyances et pratiques ancestrales, vers lesquelles les gens se tournent quand le malheur rôde. En arrière fond les événements historiques de l'époque, les rois dont Erlend est un lointain parent comme personnages secondaires. Mais ce n'est pas le plus prégnant dans ces romans, le plus essentiel sont la vie quotidienne et le ressenti des gens, et ceux-là ont peu changés dans les siècles qui nous séparent des personnages de Kristin Lavransdatter, même si les façons de vivre, de manger, de se vêtir ou autres détails de la vie de tous les jours, que Sigrid Undset restitue d'une façon très précise et très vivante, ont beaucoup varié quand à eux. Ces livres sont extrêmement romanesques, il se passe tout le temps pleins de choses, entre complots politiques, rixes, morts d'hommes, maladies, enlèvements, très faciles et agréables à lire. le style de Sigrid Undset est fait de sobriété et de mesure, plutôt que de nous dépeindre avec force adjectifs la personnalité de tel ou de tel, elle nous décrit brièvement un acte du personnage, et nous le montre en quelque sorte sur le vif. C'est concis et frappant, comme certaines vieilles sagas, Sigrid Undset en a d'ailleurs traduit certaines. On ne s'ennuie pas un instant, malgré la longueur du texte, mais en même temps, l'auteur pose plein de questions capitales, auxquelles elle ne répond d'ailleurs pas forcement, et surtout pas de façon univoque. Une oeuvre d'une grande richesse qu'une seule lecture ne saurait épuiser. + Lire la suite