Forces d'élite, Tome 3 : En pleine course


Livres Couvertures de Forces d'élite, Tome 3 : En pleine course
3.95 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client

Forces d'élite, Tome 3 : En pleine course - Jake "le Serpent" Sommers a reçu son nom de code quand il était un SEAL, parce qu'il frappe rapidement et discrètement, avec la même efficacité mortelle que le fameux reptile. C'est de cette manière qu'il a brisé le coeur de Michelle Carter. C'était pourtant le seul moyen de la préserver, de garantir sa sécurité. Quatre longues années plus tard, Jake est déterminé à obtenir une seconde chance. Mais pour regagner le coeur et les bras de Michelle, Jake va devoir prouv...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Forces d'élite, Tome 3 : En pleine course

Le Titre Du LivreForces d'élite, Tome 3 : En pleine course
AuteurJulie Ann Walker
ISBN-102290074020
EditeurJ'ai Lu
Catégoriesrécits
Évaluation du client3.95 étoiles sur 5 de 11 Commentaires client
Nom de fichierforces-d-élite-tome-3-en-pleine-course.pdf
La taille du fichier21.31 MB


29 avril 2015
— Non, Jake, murmura-t-elle. Elle ferma les paupières, elle faisait de son mieux pour respirer malgré l’étau d’angoisse qui lui écrasait la poitrine. — Non, tu ne m’aimes pas, dit-elle. — Dis-moi qu’il reste une chance ! supplia-t-il. Dis-moi que tu ressens encore quelque chose pour moi. Elle ouvrit les yeux pour scruter ses traits. Sa gorge la brûlait comme les braises rougeoyantes du feu derrière lui. Elle déglutit avant de lui répondre d’une voix étranglée. — Tu as eu ta chance. Plusieurs même. Mais tu les as toutes gâchées. Maintenant, c’est trop tard. Bien trop tard. — Non, répliqua-t-il en secouant la tête. Je refuse de croire ça. — C’est la vérité. Elle refoula l’océan de larmes qui menaçait de l’emporter, déterminée à ne pas céder à cette voix en elle qui lui hurlait de s’abandonner aux bras de Jake, de le croire malgré ses mensonges usés qu’elle avait déjà entendus auparavant. Puis elle proféra à son tour un mensonge : — Je ne t’aime plus. http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/ + Lire la suite

06 janvier 2017
- Sérieusement, les gars, ça craint, murmura Pasteur tout en maintenant le canon de son M4 braqué sur le chef taliban assis en tailleur sur le sol parsemé d’éclats de schiste. La bouche d’Al-Masri avait beau être recouverte de ruban adhésif, il n’était pas difficile d’interpréter les plis grimaçants de son visage barbu ou la lueur de haine brute qui brillait dans ses yeux noirs. Ça craint. Jacob Sommers, surnommé Jake le Serpent, ne pouvait qu’approuver cette évaluation incroyablement concise – quoiqu’un peu trop sage – de la situation. Personnellement, il l’aurait volontiers qualifiée de « bordel ». « Bordel sans nom », même, pour être plus précis, mais c’était toute la différence entre Pasteur et lui. Il jurait comme le marin qu’il était tandis que Pasteur était connu pour se laisser parfois aller en lançant un « mince alors ! » bien senti. À vrai dire, la façon d’en parler n’avait pas grande importance. Ce qui comptait, c’était que leur mission tout entière n’avait été qu’une succession de désastres. À commencer par leur unique radio satellite réduite en miettes contre le flanc de la montagne quand sa lanière s’était rompue durant leur largage en territoire ennemi. Puis, alors qu’ils s’emparaient d’un Al-Masri endormi dans l’une des minuscules maisons entassées dans la vallée en contrebas, ils avaient été repérés par l’un de ses hommes qui avait eu l’idée saugrenue d’aller pisser à trois heures du matin. Après quoi l’armée du chef taliban avait quitté le village pour déployer ses troupes en travers de la vallée, coupant la retraite à Jake et à son équipe. N’ayant pu honorer leur rendez-vous d’évacuation hors de ce trou à rats paumé, ils s’étaient retrouvés forcés de se cacher dans un minuscule bosquet d’arbres accrochés de manière précaire à la montagne aride et escarpée. Et, cerise de fumier sur ce gâteau à la merde, le soleil qui se levait au-dessus des pics à l’est n’allait pas tarder à les éclairer de sa funeste lumière. - Bon, qu’est-ce que vous voulez faire, les mecs ? demanda Rock avec sa lente diction à l’accent cajun. Jake lui adressa un bref coup d’œil avant de reporter son attention sur le visage balafré du responsable de la mission. + Lire la suite

06 janvier 2017
- Tu as eu ta chance. Plusieurs même. Mais tu les as toutes gâchées. Maintenant, c'est trop tard. Bien trop tard. - Non, répliqua-t-il en secouant la tête. Je refuse de croire à ça. - C'est la vérité.