Journal intégral : 1915-1941


Livres Couvertures de Journal intégral : 1915-1941
4.4 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client

Journal intégral : 1915-1941 - Virginia Woolf a quinze ans lorsqu'elle trace les premières lignes de son Journal. Après de nombreuses interruptions, elle en reprend l'écriture en 1915, et le tiendra jusqu'à son suicide en 1941. C'est l'ensemble de cette période captivante que couvre ce volume alors que ressort parallèlement son journal d'adolescence. Durant plusieurs décennies, elle note jour après jour ses sentiments, ses illuminations. Avec sa finesse et son humour, un art unique du portrait, e...

Télécharger Livres En Ligne

Détails Journal intégral : 1915-1941

Le Titre Du LivreJournal intégral : 1915-1941
AuteurVirginia Woolf
ISBN-102234060303
EditeurStock
Catégorieslittérature
Évaluation du client4.4 étoiles sur 5 de 31 Commentaires client
Nom de fichierjournal-intégral-1915-1941.pdf
La taille du fichier22.41 MB


12 novembre 2012
Tout simplement à lire, jours après jours, au fil des page-vies de l'écrivain. Grace aux émotions transmises, j'ai parfois l'impression de voir son ombre me hanter!

08 septembre 2011
Voici mes résolutions pour les trois mois qui viennent, premier tour de piste de l'année (1931) : D'abord, n'en prendre aucune. Ne pas s'engager. Ensuite, défendre ma liberté et me ménager ; ne pas m'obliger à sortir mais rester plutôt seule à lire tranquillement ... Mener les Vagues à bonne fin Ne pas me soucier de gagner de l'argent. En ce qui concerne Nelly, (la bonne) maîtriser mon exaspération en me persuadant bien que rien ne mérite que l'on cède à l'exaspération. Si Nelly recommence à m'exaspérer : la renvoyer. Puis ... enfin, la résolution qui vient en tête est la plus importante : s'abstenir de toute résolution. p 859 + Lire la suite

19 décembre 2011
Considérant que mes oreilles sont restées vierges de musique depuis plusieurs semaines, je pense que le patriotisme est une émotion basse. ... On a joué l'hymne national et un cantique et je n'ai constaté qu'une absence totale d'émotion chez moi comme chez les autres. Si les Anglais parlaient ouvertement de WC et de fornication peut-être seraient-ils remués par des émotions unvierselles. Les choses étant ce qu'elles sont, toute incitation à vibrer en commun est irrémédiablement gâchée par les pardessus et manteaux de fourrures qui s'interposent. Je commence à abhorrer mon espèce, surtout après avoir considérer les visages dans le métro. Vraiment, je trouve plus agréable de regarder du boeuf cru ou des harengs saurs. + Lire la suite